lundi 30 mai 2016

Les ingrédients du succès : étape 1

Établissez la liste stratégique des aliments clés 
dont vous avez absolument besoin pour cuisiner

moneyVoici la première étape d'une stratégie d'épargne culinaire : vous devez établir vos priorités de même que déterminer les denrées et les ingrédients incontournables dont vous avez absolument besoin pour cuisiner (critère : ils font partie de votre ADN culinaire), et les lister. 

La bonne nouvelle, c'est que vous avez droit à des produits de luxe sur la liste que vous établissez. Oui, oui, vous avez bien lu! À condition, cependant, que vous utilisiez le produit régulièrement et qu'il fasse partie intégrante de vos habitudes culinaires, au point que vous ayez la certitude d'utiliser le produit jusqu'au bout et sous toutes ses coutures. Même le plus grand chef du monde ne peut pas faire entrer tous les produits qu'il souhaite chez lui, à moins d'être vachement insouciant ou d'aimer le gaspillage de manière éhontée : ce n'est pas juste une question d'argent, mais d'inventaire alimentaire à gérer. Des denrées à peine entamées qu'on doit jeter à la date de péremption, c'est triste, qu'on soit chef ou pas. Il s'agit littéralement d'argent jeté par les fenêtres.



Quand on commence à cuisiner, règle générale, on prend ça au sérieux et on achète panoplie de produits en pensant naïvement que les chefs gardent en inventaire un exemplaire de chaque aliment de la planète. Faux. Pas besoin d’avoir toutes les épices émaillant la route de l'Inde jusqu'en Amérique centrale, au cas où une recette en requerrait une spécifique. En fait, beaucoup d’épices sont interchangeables. Par exemple, il est totalement inutile d’avoir de la sarriette et du persil séché en même temps. Pas besoin non plus d'avoir toutes les sauces chinoises imaginables pour concocter un plat typique de ce pays. Le tout finira par s'altérer, puis à être jeté à la poubelle. J'aurai l'occasion, dans ma série d'articles, de revenir sur l'enjeu crucial de la permutation alimentaire dans le cadre de tout bon plan d'action visant l'économie culinaire. 

Quand on débute en cuisine, on peut penser aussi candidement que la qualité d'une recette se mesure à sa complexité et à sa quantité d'ingrédients. Faux, encore là. J'ai observé, en lisant sur la trajectoire professionnelle de grands chefs, que plusieurs d'entre eux partent en peur, au début de leur carrière, pour élaborer les plats les plus denses et les plus fournis, compliqués d'exécution, mais QU'ILS REVIENNENT TÔT AU TARD À LA SIMPLICITÉ ET À LA BASE DES CHOSES. L'enjeu consiste plutôt à créer de la magie, un oumff, avec un nombre restreint d'ingrédients - mais fort bien choisis et de première qualité. N'est-ce pas formidable? Think simple et zen en cuisine! 

Bambou

Perso, j'ai passé quelques années à accumuler les produits dans mon garde-manger, mon frigo et mon congélo avant de conclure que j'ai besoin de peu de choses, au fond, pour préparer de bons repas variés. Le reste est accessoire et est menacé de gaspillage ou de sous-exploitation. 

Dans mon frigo et mon congélo, j’ai établi avoir absolument besoin, en tout temps, des éléments suivants de ma liste stratégique : 

    réfrigérateur
  • certains produits laitiers bien ciblés (œufs, lait, yaourt standard, yaourt grec [ça, c’est un luxe de poule de luxe assumé], cheddar ou mozza et idéalement un autre type de fromage);
  • un ou deux types d’herbes fraîches, par exemple du basilic ou de la coriandre (l’été, je les prends directement dans mon jardin);
  • ail et gingembre pour les marinades et les sauces;
  • du citron ou de la lime pour leur zeste que je saupoudre partout, partout;
  • quelques protéines portionnées prêtes à décongeler rapidement (poitrines de poulet, filets de porc, effiloché de canard, poissons et fruits de mer, etc.);
  • de fruits et de légumes congelés pour dépanner, même si je privilégie la fraîcheur.






Vieux bidons sur une étagère

Dans mon garde-manger, j’ai absolument besoin

  •  d’huile d’olive, d'huile de sésame, de sirop d'érable et de vinaigre balsamique de bonne qualité;
  •  de légumineuses que j’aime vraiment (haricots noirs ou rouges ainsi que pois chiches dans mon cas), c'est-à-dire juste pas de celles qui sont à la mode, qu'on trouve ordinaires et qu'on aimerait aimer;
  •  de thon en boîte (je choisis une variété issue de la pêche responsable et qui contient le minimum de mercure);
  • d’olives et de tomates séchées;
  • de miel et de farine de blé;
  • de pâtes de toutes les formes et de toutes les couleurs qui embellissent les présentations;
  • de pain type tortillas, qui se prête à beaucoup d'utilisations (fajitas, pizzas express, etc.);
  • de chocolat noir et de poudre de cacao; 
  • de café de très bonne qualité;
  • de quelques sortes de riz.

Avec ça, je suis en business et jamais prise au dépourvu! Il s'agit là des éléments fondateurs qui teintent ma cuisine. De ma griffe, de mon identité culinaire. L'idée, c'est d'assurer le renouvellement de cet inventaire en continu et de créer de nouvelles combinaisons inédites à partir de ces ingrédients de base. 

Sa Place

formulaire viergeLorsqu'un élément de ma liste stratégique est en rabais, je saute dessus à l'épicerie, car je n'ai pas de doute qu'il servira réellement. Mais je ne suis pas plate et routinière. :) Je me permets de sortir de ma liste stratégique si et seulement si un rabais spécial explose à l'épicerie et si j'ai l'espoir raisonnable de venir à bout du nouveau produit introduit, sans risque probant de le gaspiller. Autrement, j'essaie de m'en tenir à l'inventaire plus haut. Rester dans le cadre de ces balises me permet réellement de ne pas m'éparpiller, culinairement parlant, et d'éviter de céder aux tentations du moment à l'épicerie, à la mode et aux pressions extérieures ($$$$). 

N'oubliez pas également que plus vous accumulerez d'éléments à cuisiner, paradoxalement, plus vous risquez de vous tirer dans tous les sens... et plus vous serez tenté de ne rien faire, malgré tout votre stock impressionnant! Variante du syndrome du je-n'ai-rien-à-me-mettre quand le garde-robe est plein (bien connu de votre humble Jennie)! 

J'y reviendrai dans un prochain article. 

En attendant, gang, à votre liste! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire